Stratégie Digital Learning – Encore un article sur les tendances pour la formation en 2018 (mais celui-là lisez-le, il est vraiment bien)

Article écrit par Antoine Amiel, CEO LearnAssembly et initialement publié sur LinkedIn

Ecrire un article sur les tendances d’un secteur ou d’un métier relève un peu de l’exercice de style surfait; pour rire, j’ai relu des articles ou livres blancs écrits il y a quelques années sur le futur du learning, et je me suis bien amusé. Je demande donc un peu d’indulgence lorsque vous tomberez sur cet article, dans 10 ans ! Voici tout de même quelques hypothèses pour 2018.

1) Les tendances de la formation sont les mêmes qu’il y a 20 ans et seront les mêmes pendant encore 20 ans

Développement de l’autoformation, autonomisation des parcours d’apprentissage, rejet du top down, basculement vers le digital et le blended learning, renforcement du social learning, consolidation du marché. Cela fait longtemps que ces tendances sont annoncées comme l’alpha et l’omega du learning. Elles sont pourtant chaque année reportées, un peu comme l’ouverture d’une nouvelle ligne de métro ou d’un stade. S’agit-il d’un syndrome des grands travaux ? Y a-t-il une malédiction, ou l’heure du changement est-elle vraiment arrivée ? Encore un peu de patience : la transformation est là, mais ne soyons pas trop pressés. L’uberisation de la formation est un mythe, tout comme sa “netflixisation” et autre “tinderisation”.

La complexité de l’acte d’apprendre et de former sont tels, que les changements ne peuvent se faire que dans le temps long.

2) La réforme va accentuer le clivages du marché entre les acteurs positionnés sur les budgets formation et les autres

Comme lors de la réforme de 2014, les entreprises ont tendance à geler leurs investissements formation pour savoir à quelle sauce elles vont être ” mangées “. Les années de réforme sont généralement de mauvaises années pour le marché réglementé de la formation. Le découpage du marché que l’on observe entre des acteurs orientés vers le conseil, travaillant sur des projets intra-entreprise, hors budget, intégrés dans des projets de transformation, et le marché formel de la formation va s’accentuer.

Cette année va confirmer des baisses de marges et de chiffres d’affaires vécues par de nombreux acteurs du secteur.

3) 2018 sera la première année d’un cycle de retour en force du présentiel

Cela peut paraitre étonnant venant d’un acteur plutôt tourné vers le digital learning, même si LearnAssembly a commencé par ne faire que du présentiel ! Mais nous savons tous que la diffusion de contenu digital sur étagère n’a que peu d’impact sans accompagnement et contextualisation. L’exemple typique que nous voyons chez LearnAssembly est la multiplication de projets d’acculturation au digital lancés via de l’achat de Moocs sur étagère, sans rien d’autre, sans community management, sans contextualisation, sans appropriation, et qui ne génèrent qu’un engagement très limité de la part des apprenants.

Diffuser massivement du contenu, aussi qualitatif soit-il, ne suffit pas. On le voit, les objectifs quantitatifs de digitalisation de formation ne développent pas l’appétence à la formation.

Pour analyser le futur comeback du présentiel, faisons le parallèle avec le télétravail : travailler à distance a paradoxalement comme conséquence d’augmenter l’exigence de qualité dans les temps en présentiel, comme les réunions. Pour le dire autrement, plus on travaille à distance, plus on veut que le face à face soit qualitatif, bien préparé, efficace. Le rejet du présentiel vient du fait que le présentiel n’a pas assez innovant : mais il ne signifie pas du tout un rejet du présentiel en tant que tel. Si le présentiel ne change pas, les apprenants basculeront vers des formations digitales, car elles sont plus flexibles, souples et moins chères. A l’inverse, le développement de la pédagogie inversée va dans le sens d’un présentiel toujours plus qualitatif, varié, gamifié, interactif. Le présentiel va donc continuer de se professionnaliser pour prouver sa valeur ajoutée.

Nous observons dans les programmes de transformation d’universités d’entreprise que nous menons à quel point le retour du présentiel, intégré dans des dispositifs blended learning, est attendu.

4) 2018 verra de nombreux pure players du digital learning commencer à mettre la clef sous la porte ou fusionner

Financés à coups de grosses levées de fond, certains acteurs, en particulier américains, ne trouveront pas de business model viable à moyen-terme.

La disparition de certains acteurs n’ayant pas atteint une taille critique permettra aux conservateurs du marché de se frotter les mains en croyant que la vague edtech n’est qu’une mode, alors qu’il s’agit bien de la première vague.

Les startups sous-capitalisées fermeront ou se feront racheter par le biais de “acqui-hires”, d’autres fusionneront ou entreront dans le giron d’acteurs ” traditionnels” voulant innover. Faire du volume ou monter en gamme, il faudra choisir et les places seront chères.

5) 2018 sera le début d’une transformation du responsable formation au “learning business partner ”

Chez LearnAssembly, nous constatons au fur à mesure de nos projet que la fonction formation est réellement menacée. De nombreux dirigeants n’associent leurs équipes formation dans leurs projets de transformation que pour des raisons politiques et budgétaires, ce qui pose d’ailleurs de vrais problèmes lorsqu’il faut faire des choix de pédagogie. Nous observons également l’émergence de responsables formations occasionnels ou permanents, venus des métiers, directement rattachés à leur direction métier. Les directions de la transformation empiètent elles aussi sur les directions formations, à la manière des directions du digital qui prennent les formations au digital dans leur périmètre.

La capacité des services formation à remonter dans la chaîne de valeur interne pour devenir des studios pédagogiques accompagnant la transformation permanente de leurs entreprises sera décisive.

Nous voyons le niveau d’exigence vis à vis de notre offre de formation de formateurs augmenter et nos clients murir très vite sur ce sujet.

Prolongez la conversation et prenez contact avec nous !

A propos de LearnAssembly

Créé fin 2013, LearnAssembly est un acteur du maintien de l’employabilité, à l’heure du digital. Via nos solutions mêlant différentes modalités pédagogiques, nous concevons des stratégies et des expériences learning qui transforment les pratiques et les mentalités. Nous pensons que la formation est devenu un enjeu de responsabilité sociétale et que les entreprises qui maintiendront leur performance sont celles qui sauront apprendre en permanence.

Chez LearnAssembly, nous persuadés que les équipes learning doivent remonter dans la chaine de valeur interne des entreprises pour développer une culture de l’apprentissage permanent. Cette learning agility passe la capacité des universités d’entreprise et formation à anticiper les transformations, proposer des modalités pédagogiques innovantes et surprendre ses collaborateurs. Découvrez nos programmes qui feront de vos services formation des acteurs incontournables du changement.

Contact Learn Assembly